L’agence de santé américaine approuve le premier médicament imprimé en 3D

article_medicamentFDA

2015   Où ? USA FDA  Qui ? Aprecia Pharmaceuticals
Objectifs/Avantages : Spritam, pour les patients ayant des difficultés à avaler leurs traitements au quotidien
-traitement contre l’épilepsie, le comprimé se dissout en moins de 10 secondes.
Impression 3D : technologie propriétaire dénommée ZipDose utilise l’impression 3D, permettant l’agrégation de couches de poudre médicamenteuse formant un comprimé dispersible dans l’eau.

Le laboratoire américain Aprecia Pharmaceuticals a reçu l’autorisation de la FDA, l’agence de santé américaine, pour la commercialisation du Spritam, le premier médicament réalisé grâce aux technologies d’impression 3D.

Développé dans le cadre du traitement contre l’épilepsie, le Spritam se présente sous la forme d’un comprimé soluble et repose sur une technologie propriétaire dénommée ZipDose mise au point par le laboratoire Aprecia.

Cette technologie utilise l’impression 3D afin de produire des comprimés en liant couche par couche le principe actif sous forme de poudre à l’aide d’un liquide aqueux.
Le recours à ce procédé permet au comprimé de se désintégrer dans l’eau en moins de 10 secondes, un avantage pour les patients ayant des difficultés à avaler leurs traitements au quotidien, explique le laboratoire.

En vidéo, un test de vitesse de dissolution du Spritam :

Alors que le secteur médical recourt depuis de nombreuses années à l’impression 3D , c’est la première fois que cette technologie est utilisée pour la fabrication de médicaments approuvés par la FDA.

Les premières unités du Spritam visent près de 40 millions de personnes atteintes d’épilepsie à travers le monde.

“En combinant les technologies d’impression 3D à un traitement déjà largement prescrit contre l’épilepsie, le Spritam a été développé pour les patients ayant des difficultés à suivre leurs traitements.,” explique Don Wetherhold, CEO chez Aprecia.

“C’est le premier d’une gamme de produits en lien avec le système nerveux que la société Aprecia prévoit d’introduire dans le cadre de notre engagement de transformer la manière dont les patients prennent leurs médicaments.”

D’autres recherches sont également en cours afin d’utiliser l’impression 3D pour concevoir des médicaments sur-mesure, comportant une dose personnalisée pour chaque patient.

Le procédé pourrait également servir à produire des médicaments aux formes spécialement imaginées pour les enfants, comme une pilule à l’aspect d’une friandise ou un cachet à l’effigie de leur super-héros.

Des médicaments imprimés en 3D pour les enfants ?

 

You may also like