Implants faciaux à Dijon

2014
La chirurgie gagne en temps et en précision avec l’impression 3d
Hôpital : Service de chirurgie maxillo-faciale Hôpital du Bocage Dijon
Chef du service : le professeur Narcisse Zwetyenga    Docteur Benoît-Luc Wajszczak   Docteur Mathieu Guerriaud
Objectifs :
– reproduire les crânes des patients pour préparer des implants faciaux avec plus de précision.
– mieux soigner les fractures de l’orbite
– diminuer la durée des opérations : gain de 30 minutes pour une opération qui durait avant 1 heure et demie
– les plaques en titane implantées sur le patient sont ainsi modelées sur mesure (reconstruction faciale ) .On peut modeler très facilement les plaques en titane sans être gêné par les tissus mous comme la peau ou la graisse.
– diminution du risque d’infection
– diminution du risque anesthésique
Matériau : plastique s’approchant de la densité osseuse
Matériel impression 3D : Makerbot

Grâce à une imprimante 3D, un service français de chirurgie pionnier, à Dijon, reproduit en plastique les crânes de ses patients pour préparer des implants faciaux sur mesure avec plus de précision, tout en diminuant la durée des opérations.

A partir d’images de scanner, l’imprimante superpose des couches de plastique thermoformable, d’à peine cent microns d’épaisseur chacune, pour reproduire, en totalité ou en partie, la face du patient.

L’impression peut durer de huit à quarante heures selon la taille de la pièce demandée.

A partir de cette reproduction du crâne, les chirurgiens du service de chirurgie maxillo-faciale de l’hôpital du Bocage à Dijon (est) modèlent sur mesure les plaques en titane qui seront implantées sur le patient pour réaliser des reconstructions faciales. Une opération de modelage qui se déroulait auparavant au bloc opératoire au cours de l’intervention.

« Pour une intervention complexe qui durait une heure et demie, on gagne maintenant trente minutes », explique le docteur Benoît-Luc Wajszczak. Ce gain de temps, selon lui, permet ainsi de « diminuer le risque d’infection et le risque anesthésique ».

« On gagne en précision car on a un accès plus facile aux structures osseuses et on peut modeler très facilement les plaques en titane sans être gêné par les tissus mous » comme la peau ou la graisse, précise le médecin.

En outre, le plastique utilisé s’approchant de la densité osseuse, « on a vraiment le modèle d’un patient », se félicite pour sa part le docteur Mathieu Guerriaud.

Le service de chirurgie maxillo-faciale de l’hôpital de Dijon est doté depuis décembre d’une imprimante 3D, dont le coût, « entre 3.000 et 4.000 euros », a été financé par des crédits universitaires.

En trois mois, « trois ou quatre patients » ont déjà bénéficié de cette technologie, notamment pour des fractures de l’orbite, indique le docteur Wajszczak.

Selon l’hôpital, ce service est « le seul à avoir intégré cette technique dans sa pratique quotidienne de manière opérationnelle ».

« L’impression 3D commence à exploser aux Etats-Unis, il ne faut pas louper le coche », estime le docteur Guerriaud.

Bientôt l’impression de matériaux implantables ?

Pour le chef du service, le professeur Narcisse Zwetyenga, la perspective est à la généralisation de ces imprimantes et à « l’impression de matériaux directement implantables », voire « dans dix ans, à la bio-impression de tissus humains ».

Au Royaume-Uni, un Gallois de 29 ans, défiguré après un accident de moto en 2012, a récemment reçu des implants de pommettes créés avec une imprimante 3D à partir d’un modèle reconstitué.

Actuellement en France, un obstacle législatif empêche de fabriquer de tels implants car, pour des questions de certification, l’hôpital « n’a pas le droit d’être fabricant de biomatériaux » et doit donc faire appel à des entreprises spécialisées dont certaines sont basées aux Etats-Unis.

Une fabrication des implants et prothèses en interne à l’hôpital serait « moins onéreuse » et « plus rapide pour les interventions en urgence », souligne le docteur Wajszczak.

L’hôpital de Dijon prévoit de se doter prochainement d’une seconde imprimante 3D permettant de reproduire des pièces de plus grande dimension et qui pourrait être utilisée par d’autres disciplines médicales comme l’orthopédie.

Le service de chirurgie maxillo-faciale de Dijon, en pointe en matière de microchirurgie, traite des patients nécessitant une reconstruction faciale notamment après un cancer ou une tentative de suicide par arme à feu.

Sources :
www.bilan.ch

You may also like