Des chirurgiens toulousains utilisent la 3D pour reconstituer la mâchoire d’une patiente

mandibule

2016    Où ? Institut universitaire du cancer  Toulouse   Qui ? Dr Dupret-Bories
Objectifs/Avantages : reconstruction de mâchoire en s’appuyant sur un modèle issu d’une impression 3D.la plaque en titane utilisée pour la reconstruction a ainsi pu être préformée sur la mâchoire modèle imprimée.
Cette méthode permet ainsi de réduire considérablement le temps de l’opération.

Impression 3D :  CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/INP Toulouse .

Les étudiants ingénieurs ont travaillé main dans la main avec les chirurgien :
L’équipe du docteur Agnès Dupret-Bories, chirurgien ORL à l’Institut universitaire du cancer Toulouse Oncopole (IUCT-O), a réalisé chez une patiente d’une trentaine d’années atteinte d’un ostéosarcome mandibulaire, une reconstruction de mâchoire en s’appuyant sur un modèle issu d’une impression 3D réalisée au Centre inter-universitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux (CIRIMAT – CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier/INP Toulouse).

Travailler sur un modèle au lieu de travailler dans la bouche de la patiente :

Pour reconstituer la mâchoire de la patiente, il fallait tout d’abord fabriquer une sorte de broche en titane et c’est sur le modèle en 3D en polymère que les chirurgiens ont pu concevoir et ajuster cette pièce indispensable.
C'est cette pièce en titane qu'il fallait ajuster sur la mâchoire de la patiente / CIRIMAT
C’est cette pièce en titane qu’il fallait ajuster sur la mâchoire de la patiente / CIRIMAT

La mandibule 3D en polymère, réplique exacte de celle de la patiente a été imprimée au CIRIMAT dans le cadre d’un projet impliquant des étudiants de l’INP-ENSIACET (école d’ingénieur de l’Institut national polytechnique de Toulouse).
Plusieurs jours avant l’intervention, la plaque en titane utilisée pour la reconstruction a ainsi pu être préformée sur la mâchoire modèle imprimée, puis stérilisée.

Le travail sur le modèle en 3D a permis de ne pas avoir à travailler directement dans la cavité bucale de la patiente

Si le procédé se développe peu à peu en chirurgie, seuls une poignée d’établissements français l’utilisent en chirurgie ORL et maxillo-faciale.

Du programme informatique à la réalisation, le projet a mobilisé 7 étudiants, des chercheurs du CNRS et de l’INP Toulouse du CIRIMAT, ainsi que chirurgiens ORL et plasticiens de l’Oncopôle.

Source : http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/des-chirurgiens-toulousains-utilisent-la-3d-pour-reconstituer-la-machoire-d-une-patiente-953443.html

You may also like